Contact

Allaitement et consommation de caféine

allaitement caféine

 

La caféine est un stimulant utilisé communément et présent dans la café, le thé, et beaucoup de boissons sucrées comme les boissons « énergisantes » avec du guarana ( qui est une plante contenant de la caféine ).

La caféine est une petite molécule avec une grande biodisponibilité qui passe rapidement dans le lait.

Lorsqu’elle est consommée par voie orale, la caféine est absorbée rapidement et complètement par le corps humain. Les effets stimulants peuvent commencer 15 à 30 minutes après l’ingestion et durer un certain nombre d’heures. Chez les adultes, la demi-vie de la caféine – le temps qu’il faut pour que le corps élimine 50% de la caféine – varie considérablement, en fonction de facteurs tels que l’âge, le poids corporel, la présence ou non d’une grossesse, la prise de médicaments ou la santé du foie. Chez les adultes sains, la demi-vie moyenne est d’environ quatre heures, avec un intervalle qui peut s’étendre de deux à huit heures.

La plupart des mères qui allaitent peuvent consommer une quantité modérée de caféine (par exemple, quelques tasses de café par jour) sans que cela affecte leur bébé. Les nouveau-nés peuvent cependant être particulièrement sensibles à la caféine. En effet, un nouveau-né a besoin d’une longue période (jusqu’à 130 heures) pour métaboliser la caféine. Cela signifie qu’il lui faut ce laps de temps pour l’éliminer totalement de son organisme. Autrement dit, si les prises ne sont pas espacées, la caféine a tendance à s’accumuler dans l’organisme du bébé.

A 6 mois, cependant, cela prend au bébé seulement 2 à 3 heures pour métaboliser la caféine.1

Voyons cela en détail…

 

La caféine diffuse rapidement dans le lait maternel, mais sa concentration y est relativement faible. La présence de caféine ne modifie pas la composition du lait maternel et aurait tendance à stimuler sa production. L’élimination de la caféine est plus lente chez l’enfant (activité plus faible du cytochrome P-450 hépatique et immaturité relative de certaines voies de déméthylation et d’acétylation). Les demi-vies de caféine varient de 80 à 100 heures (valeurs extrêmes allant de 40 à 130 heures), elles ont été mesurées chez l’enfant prématuré et le nouveau-né. Ces demi-vies diminuent rapidement à des valeurs respectives de 14,4 et 2,6 heures chez le nourrisson de 3 à 5 et de 5 à 6 mois. Cependant pour des nourrissons du même âge, l’élimination de la caféine est plus longue chez l’enfant allaité par rapport à ceux nourris au substitut de lait (inhibition ou répression des processus de maturation postnatale normale du métabolisme de la caféine par le cytochrome P-450 hépatique).
Les effets de l’exposition précoce à la caféine au cours de la période d’allaitement sur le nouveau-né ont été étudiés chez l’animal alors que chez l’homme les effets sur le comportement, le sommeil, le développement cérébral et le contrôle de la respiration ne sont pas clairement établis.
Des chercheurs concluent que la consommation de café ou de caféine (boissons riches en caféine) ne semble pas avoir de conséquences mesurables chez le nouveau-né. Mais en raison du métabolisme lent de la caféine chez le nouveau-né et du risque d’accumulation de doses actives de caféine, il est souhaitable que les quantités absorbées restent modérées (300 mg/jour maximum, soit 2-3 tasses de café).

Pour vous donner une idée de votre consommation voici un visuel avec les quantités de caféine par aliment consommé :

caféine selon aliment

 

Le niveau de caféine dans le lait atteint généralement un pic environ 60 minutes après consommation de la boisson caféinée .2

Certaines mères trouvent que leur bébé devient irrité, nerveux, coliqueux et / ou dort mal si elles consomment trop caféine.3

L’excès de caféine est différent pour chaque mère et dépend de divers facteurs tels que la façon dont le corps de la mère métabolise la caféine. La seule façon de savoir si vous prenez trop de caféine est d’observer votre bébé.

Enfin, une mère allaitante peut constater que la caféine affecte son réflexe d’éjection ou, si elle a vasospasme du mamelon, il peut en être aggravé.

Pour conclure

 

Une consommation modérée de café ou boissons contenant de la caféine est tout à fait possible en allaitant ! Rester à l’écoute des réactions de son bébé est le meilleur moyen de savoir si votre consommation est adaptée.

 

 

Références

  1. Aranda JV, Collinge JM, Zinman R, Watters G, 1979, Maturation of caffeine elimination in infancy, Archives of Disease in Childhood, 54: 946–949.
  2. Food Standards Australia New Zealand, 2011, URL:http://www.foodstandards.gov.au/consumer/generalissues/Pages/Caffeine.aspxaccessed 8/3/12.
  3. Berlin CM, Denson HM, Daniel CH, Ward RM 1984, Disposition of dietary caffeine in milk, saliva, and plasma of lactating women, Pediatrics, 73(1):59-63.
  4. Liston J, 1998, Breastfeeding and the use of recreational drugs – alcohol, caffeine, nicotine and marijuana, Breastfeeding Review, 6(2): 27–30.

Extraits du rapport de l’ANAES (2002)

Posted on: 19 octobre 2016, by : aclecoeuvre